Lunette Skywatcher 150/1200 EvoStar ED : test complet

En général, juger de la qualité d’un télescope après seulement quelques nuits d’observation est plutôt rare. Alors je trouve extraordinaire de pouvoir me faire une opinion après seulement une heure ou deux !

C’est le petit laps de temps qu’il m’a fallu pour me rendre compte que la lunette 150/1200 Evostar de SkyWatcher est un instrument exceptionnel pour l’observation visuelle. Et cette opinion s’est renforcée au cours des semaines de test qui ont suivi.

Si quelqu’un a besoin d’une preuve que l’amour de l’astronomie amateur pour les lunettes n’a pas diminué ces dernières années, il suffit d’en compter le nombre actuellement disponibles sur le marché.

Il doit y en avoir des centaines. Parmi elles, la Evostar de SkyWatcher, qui comporte un objectif doublet dont une lentille en verre ED (extra low dispersion).

En tant que telles, ces lentilles produisent des images avec une bien meilleure correction des couleurs pour un rapport focal donné que les doublets achromatiques classiques fabriqués à partir de verres traditionnels.

Il existe actuellement six modèles dans la gamme Evostar, avec une ouverture de 72 à 150 mm. Il existe également une version de 50 mm (Evoguide) qui est principalement destinée à servir de viseur ou de guide.

Les Evostars sont un cran en dessous des lunettes Esprit Triplet ED de SkyWatcher, qui ont trois lentilles et sont destinés aux observateurs également intéressés par l’astrophotographie haut de gamme.

Mais cela ne veut pas dire que les lunettes Evostar ne sont pas adaptés à l’astrophotographie, en particulier dans le cas du modèle de 150 mm, qui est disponible en deux versions.

Lunette apochromatique Skywatcher AP 150/1200 EvoStar ED OTA
La belle lunette apochromatique Skywatcher AP 150/1200 EvoStar ED OTA

Le matériel

Pour la rédaction de cet article, j’ai demandé à emprunter l’Evostar 150 APO, qui est la version de base des deux modèles de 150 mm.

Elle est équipée d’un porte-oculaire de type Crayford avec une connection oculaire de 2″, de deux colliers légers et d’une queue d’aronde de type Vixen.

L’autre modèle est l’Evostar 150DX. Il possède le même objectif et le même tube, mais il est fourni avec des colliers plus lourds et une queue d’aronde de type Losmandy. Ces améliorations coûtent 700 euros de plus que le prix de la lunette de base de 150 mm.

La mise au point plus performante du modèle DX présente l’avantage d’accepter le nouveau réducteur de focale f/6.2 conçu spécifiquement pour la lunette Evostar 150 mm.

Étant donné que l’échange des focales sur le tube principal de l’Evostar 150 ne prend que quelques minutes, Sky-Watcher m’a envoyé les éléments améliorés disponibles sur le modèle DX pour que je puisse les essayer.

Commençons par le modèle de base. L’Evostar 150 est une belle lunette avec son tube sombre, avec sa peinture métal, son capuchon anti buée et sa lunette de mise au point blancs et ces petites touches de couleur verte caractéristiques de SkyWatcher.

Lorsque la lunette est rétractée, sa longueur totale est de 128 cm et son poids de 9,3 kg. Elle est livrée avec un capuchon d’objectif en métal très solide.

Quels accessoires ?

La mallette de transport fournie est remarquable, de par son aspect solide et de haute qualité. Elle pèse à elle seule 16 kg et est conçue pour le transport et le rangement de la lunette.

La lunette est vendue sans viseur, redresseur, ni oculaires. Cela peut être un point négatif pour un premier acheteur de lunette, mais pour les observateurs qui possèdent déjà ces articles, cela permet de maintenir le coût de l’instrument à un niveau bas, ce que j’ai trouvé avantageux.

Il y a une base en queue d’aronde pour monter un viseur sur le corps de la lunette. Bien qu’il ne soit pas universel, ce format est relativement commun, et je l’ai utilisé pour fixer un viseur que j’ai réquisitionné d’une autre lunette.

Du point de vue de l’observation visuelle, j’ai été très satisfait du porte-oculaire Crayford de 2″. Il a un peu plus de 133 mm de course et s’adapte facilement à tous les oculaires que j’ai essayés, avec ou sans redresseur terrestre.

J’ai été particulièrement impressionné par la légèreté du toucher nécessaire pour actionner le bouton de mise au point – ce que j’ai vraiment apprécié lors de la mise au point à des grossissements élevés où un toucher plus lourd aurait tendance à faire bouger le télescope.

Le porte-oculaire est également un très bon accessoire pour l’observation de la Lune et des planètes. Et alors que je ne prévoyais pas de faire de la photographie avec de gros appareils, j’ai été heureux de constater que le porte-oculaire n’a pas glissé lorsque mon gros reflex numérique y était fixé, même lorsque la lunette était pointée au zénith.

À mon avis, ce dispositif de mise au point convient parfaitement à l’observation visuelle et à l’astrophotographie avec des appareils photo allant jusqu’aux reflex numériques.

Un petit souci facile à corriger

Le seul problème matériel que j’ai rencontré avec l’Evostar 150 APO concerne les anneaux du tube. Avec leurs boutons de serrage serrés à fond, le tube glissait parfois lorsque la lunette était pointée à haute altitude.

Ma solution a été d’ajouter deux petites bandes de liège autour d’une partie de l’intérieur de chaque anneau de tube garni de feutre pour ajouter un peu de friction.

Comme je l’ai mentionné plus haut, les améliorations matérielles du modèle DX comprennent une mise au point de 3,4″ très performante.

Il ne fait aucun doute que cette lunette est très belle, et c’est vraiment une mise à niveau indispensable si vous avez l’intention d’utiliser l’Evostar 150 avec une configuration d’imagerie lourde, mais je n’ai pas trouvé que c’était un avantage significatif pour l’observation strictement visuelle.

Le tube de traction à crémaillère a une course de 89 mm, son point central étant l’endroit où de nombreux oculaires se mettent au point lorsqu’on utilise un renvoi coudé de 2″. Pour une observation directe, certains oculaires peuvent nécessiter un tube d’extension court.

La molette de mise au point fine est plus ferme que celle du porte-oculaire de 2″, et un petit levier ajoute de la friction à la crémaillère, ce qui garantit pratiquement qu’elle ne glissera pas, quelle que soit la charge exercée sur la lunette.

Cette lunette est équipée de la même base de montage en queue d’aronde pour un viseur que le porte-oculaire. Le plus grand avantage optique de la lunette DX est qu’elle accepte le nouveau réducteur de focale Evostar f/6.2 et rend la lunette plus attrayante pour les personnes intéressées par l’observation du ciel profond.

Bien qu’il s’agisse d’un réducteur de focale, cet accessoire a également pour effet d’aplanir le champ. À f/6,2, l’Evostar 150 a une distance focale effective de 930 mm et un champ de vision couvrant environ 2¼° × 1½° sur un capteur plein (36 × 24 mm).

Avec une bague T de 48 mm sur mon reflex numérique plein format, le vignettage dans les coins du cadre était minime. Et bien qu’il s’agisse d’un jugement quelque peu subjectif, j’ai trouvé que les images étoilées étaient très bonnes sur plus de 80 % de la dimension du capteur.

Le résultat final avec le réducteur de focale est un cercle d’imagerie avec de bonnes images d’étoiles approchant 30 mm de diamètre (couvrant un champ de 1,8°) et presque aucun vignettage (réduction du champ visuel).

Il n’est peut-être pas dans la même classe que les astrographes d’élite d’aujourd’hui, mais c’est toujours une configuration impressionnante pour l’astrophotographie du ciel profond.

Performances optiques

La raison pour laquelle j’ai porté un jugement aussi rapide sur la qualité optique de l’Evostar 150 APO est un peu plus ancienne et concerne un autre télescope.

Au début de cette année, j’ai commencé un projet d’observation avec un réfracteur de 152 mm f/10 que j’ai bricolé en utilisant un objectif A. Jaegers qui était resté sur l’étagère de mon atelier pendant plus de 40 ans.

Ce projet était différent de mes observations habituelles pour le plaisir, qui portent généralement sur des objets du ciel profond et des télescopes avec des ouvertures de 30 cm et plus.

J’ai beaucoup plus apprécié les observateurs qui s’extasient sur les réfracteurs et sur leur excellence pour observer la Lune, les planètes et les étoiles doubles (ce dernier point constituant une grande partie de mon projet d’observation).

Le fait que mon observatoire astronomique local accueille bien plus souvent une lunette de 152 mm qu’un grand télescope m’a également aidé. L’objectif A. Jaegers s’est avéré très net et clairement capable de résoudre les étoiles doubles autour de la limite Dawes de 0,75 seconde d’arc, lorsque la vue le permettait.

Sa principale faiblesse est la frange de couleur, ce qui est prévisible pour une lunette à f/10. Étant donné l’ouverture et les performances de cette lunette de 152 mm, elle constituait un excellent point de référence pour la comparaison avec l’Evostar 150 APO, et j’ai donc monté les deux lunettes côte à côte sur la même monture équatoriale SkyWatcher EQ8-R Pro.

Et pour aider à rendre le test équitable, j’ai sélectionné des jeux d’oculaires qui donnaient des grossissements similaires lorsqu’ils étaient associés aux lunettes respectives, souvent de la même marque et du même modèle, y compris des oculaires de la série planétaire Burgess/TMB et de la famille Radian de Tele Vue.

Des images magnifiques !

Sans mauvais jeu de mots, ma première observation de l’Evostar 150 m’a ouvert les yeux. Malgré son ouverture légèrement plus petite (150 contre 152 mm), elle a donné une vue de l’étoile brillante Arcturus au crépuscule profond qui était clairement plus lumineuse et plus contrastée que celle produite par la 152 mm.

Arcturus
Vue d’artiste d’Arcturus comparée au Soleil.

Les traitements multicouches modernes de l’objectif Evostar expliquent probablement une grande partie de la différence, mais les trois déflecteurs de lumière internes de la lunette offrent une meilleure suppression de la lumière diffusée que les déflecteurs que j’ai utilisés pour la 152 mm.

Au fil de la nuit, les images à même grossissement à travers les deux lunettes semblaient toujours plus lumineuses et plus contrastées avec l’Evostar, et ce n’était pas une petite différencee. En effet, le seul aspect des deux lunettes qui était égal à l’autre était la résolution.

Pendant des semaines d’observation dans des conditions de visibilité et de lumière lunaire variables, il n’y a jamais eu de moment où une lunette a surpassé l’autre pour la résolution d’étoiles binaires serrées ou de détails lunaires et planétaires.

Une correction des couleurs au point

L’Evostar a toujours fait une mise au point nette, même avec des grossissements compris entre 500× et 600×. La moindre pression sur la molette de mise au point suffisait à faire la différence entre une image mise au point ou non.

Pour un doublet, la correction des couleurs de l’Evostar est remarquable. Il n’y a qu’un léger soupçon de franges de couleur autour des images d’étoiles hors foyer. Dans la zone de mise au point, il n’y a pas de halos de couleur perceptibles autour des étoiles brillantes.

L’aberration sphérique a également été bien corrigée. Les étoiles présentaient des motifs de diffraction similaires des deux côtés de la mise au point.

La seule exception s’est produite pendant les soirées où la température baissait rapidement et où je pouvais parfois détecter un soupçon d’aberration sphérique dans les images hors foyer, ce qui n’est pas inhabituel pour un objectif de réfracteur s’acclimatant aux changements de température.

Malgré cela, cela n’a jamais dégradé mes observations. La Lune était une cible particulièrement intéressante pour l’Evostar, surtout lorsque la visibilité permettait d’utiliser de forts grossissements.

La lunette a produit d’excellentes images très contrastées le long du terminateur lunaire, sans le moindre soupçon de lumière diffuse sur les ombres profondes.

Et bien que le moment de l’observation soit aussi important que le télescope utilisé, le soir du 28 septembre, j’ai eu l’une de mes observations les plus mémorables du célèbre Rupes Recta (l’épée dans la Lune) et du sommet du cratère Birt, capturant les premiers rayons du lever du soleil lunaire.

Rupes Recta

L’année dernière, Jupiter et Saturne ont à peine dépassé la cime des arbres vus de mon observatoire, mais j’ai parfois eu de belles images des deux planètes et, à plusieurs reprises, Ganymède, la lune de Jupiter, est apparue clairement comme un petit disque plutôt que comme un simple point lumineux.

Le point culminant de la saison était, bien sûr, Mars, et ici l’Evostar n’a pas déçu. J’ai pu identifier des dizaines d’éléments d’albédo sombres et le rétrécissement de la calotte polaire sud en suivant la planète rouge les nuits où la visibilité était bonne.

Dans l’ensemble, j’ai été extrêmement satisfait des performances optiques de l’Evostar. Je ne peux pas parler pour tout le monde, mais il est difficile pour moi d’imaginer que quelqu’un puisse pinailler sur les images que cette lunette est capable de produire.

C’est un très bon instrument pour les observateurs visuels sérieux et il offre tout ce que j’attends d’une lunette de 150 mm d’ouverture.

Les montures

En raison de leur longueur, les réfracteurs sont plus exigeants pour la monture d’un télescope que les instruments à tubes compacts. Il est donc souhaitable d’utiliser une monture dont la capacité de charge est supérieure à celle du télescope.

Mon installation d’observation avec les deux lunettes montées ensemble totalisait environ 27 kg, soit un peu plus de la moitié de la capacité du SkyWatcher EQ8-R Pro. Cela peut sembler excessif, mais c’était vraiment un plaisir d’utiliser une plate-forme aussi solide avec des commandes de ralenti réactives.

Une monture avec une capacité de poids deux fois supérieure à celle de l’Evostar 150 serait certainement un bon choix pour cette lunette. Si la possession d’une lunette à grande ouverture de haute qualité est sur votre liste de souhaits, je recommande vivement l’Evostar 150.

Ses performances optiques pour l’observation visuelle sont comparables à celles de certains des meilleurs réfracteurs que j’ai utilisés, y compris ceux qui coûtent trois ou quatre fois le prix de l’Evostar.

Conclusion

La légèreté du bouton de mise au point est un réel avantage pour l’observation à fort grossissement. La lunette est également plus qu’adéquate pour toutes sortes d’astrophotographies avec des appareils photo aussi lourds que les reflex numériques actuels.

Le plus grand avantage que l’Evostar 150DX APO apporte à l’astrophotographie est son potentiel d’utilisation du réducteur de focale f/6.2 en option.

Bien que cette configuration soit un cran en dessous des capacités de l’astrographe Esprit 150 mm de SkyWatcher, elle est plus que suffisante pour la photographie du ciel profond.

Inutile de dire que je suis impressionné par la lunette Evostar de 150 mm.

Si ce test vous as conquis et que vous souhaitez acquérir cette lunette, vous pouvez le faire chez astroshop.

Laisser un commentaire